QU’EST-CE QUE LA RÉALITÉ ?

Les couvertures de magazines en papier glacé présentent des femmes et des hommes d’une beauté presque irréelle. A l’ère d’Internet, il est pourtant facile de trouver des photos de ces vedettes dans leur vie de tous les jours : sans maquillage, sans fard, … Bref, tout simplement humaines ! Bien souvent, la représentation de la personne « maquillée » n’a pas grand-chose à voir avec celle de la personne « non maquillée ». De nos jours, la retouche photo est monnaie courante. En fait, la retouche photo est (presque) aussi vieille que la photographie elle-même.

Mais cela vaut aussi pour les films. Les films de Leni Riefenstahl, par exemple, travestissent le monde réel grâce à d’astucieuses manipulations. La réalisatrice a créé des images artificielles avec un message manipulé. Elle exploitait ainsi les émotions du spectateur. De nos jours, l’industrie du cinéma va encore plus loin : depuis la diffusion de la trilogie « Le Seigneur des Anneaux » (2001-2003), nous savons que ce que nous percevons comme réalité au cinéma ne peut être rien de plus que la prétention cinématographique d'un monde inexistant.

Aujourd'hui, les nouvelles, les images et les films manipulés (« fake news ») jouent un rôle de plus en plus important dans les reportages médiatiques.

En 1935 paraît le livre « les monuments d’art d’Eupen-Malmedy ». Heribert Reiners et Heinrich Neu ont fait une liste des églises, chapelles et objets sacrés d’Eupen-Malmedy. D’autres auteurs ont presque simultanément présenté des œuvres similaires pour d'autres parties de la Rhénanie. Ils ont placé les monuments d'art dans un contexte historique local par le biais d'une classification historique. Ce travail important continue d'inspirer les historiens locaux jusqu'à ce jour. Certaines photos prises à cette époque ont été conservées.

La photographie de la ville de Neundorf (probablement de 1933 ou 1934) est disponible en deux versions, qui ont été prises sur un très court intervalle de temps. En 1929, le village fut électrifié. Sur une photo, vous pouvez voir les poteaux du village. Une calèche roule également le long de la route du village. Sur une seconde image légèrement décalée, les poteaux électriques, qui à l'époque pouvaient être interprétés comme un signe de modernité, ont été retouchés tout autant que les chariots. Pourquoi les auteurs ont-ils ainsi manipulé la réalité ? Nous ne pouvons que spéculer ! Voulaient-ils présenter la Belgique comme un pays rétrograde et impuissant ? Ou bien voulaient-ils impressionner le lecteur avec une image d'un village presque parfait ? Dans le livre imprimé en 1935, seule la version retouchée apparaît.

zurück zur Übersicht